Browsing Category

Questions-réponses

Questions-réponses

Comment habituer mon cheval au spray anti-mouche ? Éloïse G.

juin 24, 2016

Lorsque l’été arrive, les journées sont plus agréables mais les insectes plus redoutables pour les chevaux. Pour leur bien-être, nous voulons les protéger avec un anti-mouche, mais souvent ils ne regardent pas d’un bon œil l’arrivée du spray.

En effet, au même titre que lors du passage du bouchon, de la tondeuse, ou de l’application d’une crème, certains chevaux ne réagissent pas et d’autres cherchent à éviter ces soins coûte que coûte. Avec une mauvaise méthode, la situation peut vraiment se compliquer. Nous avions déjà évoqué une situation analogue ici, celle d’apprendre à votre cheval à ne pas réagir au vaccin. Les grandes lignes d’approche sont les mêmes.
Pour commencer, il est important, lors de la première utilisation (ou si l’hiver est passé et que cela fait longtemps qu’il ne l’a pas vu), de ne pas supposer que votre cheval n’a pas peur. En effet, vous auriez alors une approche trop directe et vous ne seriez pas prêt à réagir correctement si votre cheval bougeait. En quelques secondes vous sensibiliseriez votre cheval, qui n’aurait peut-être pas bougé avec une approche plus « polie ». Ce premier principe sous-entend que vous n’attachez pas votre cheval et que vous ne le surprenez pas directement.
Assurez-vous bien sûr que votre cheval tolère des choses plus faciles comme le contact partout avec votre main, avec un stick, avec un tissu et pourquoi pas avec une éponge humide. Il doit également être habitué à différents bruits autour de lui et sur lui, comme un sac plastique. L’habituer à la douche est parfois plus facile qu’au spray et peut être réalisé au préalable. Grâce à tous ces exercices, bien réalisés, votre cheval aura appris à rester immobile malgré le contact, le mouvement et le bruit que vous pouvez faire autour de lui.

  • Nous vous conseillons de commencer avec un spray, que vous aurez rempli d’eau, afin de pouvoir vous en servir à volonté, et de ne pas ajouter une odeur spéciale lors des premières séances. Attention, la qualité du jet et la pression jouent un rôle quant au ressenti procuré au cheval, faites le bon choix ! Pour habituer votre cheval, comme avec les exercices préparatoires, organisez-vous pour que cet apprentissage soit un succès : choisissez une aire d’évolution adéquate et non à côté de l’attache et ayez une longueur de corde qui permette le contrôle du cheval, sans le coincer.spray anti-mouche cheval
  • Commencez comme d’habitude par toucher votre cheval partout avec la bouteille, laissez-lui sentir si besoin. Il s’habitue ainsi à voir ce nouvel objet autour de lui et au bruit que fait l’eau à l’intérieur. Vous devez pouvoir approcher la bouteille à distance jusqu’au contact du cheval et sous différents angles de vue. Le cheval doit être confiant avec la bouteille avant que celle-ci ne fasse du bruit et ne lui procure une sensation étrange…entraînant l’évitement.caresse1
  • Éloignez-vous ensuite de votre cheval et dirigez le jet à l’opposé de lui afin qu’il s’habitue à ce bruit. Si la curiosité l’emporte, il peut chercher à s’approcher du spray, laissez le faire mais ne le visez toujours pas. Progressivement, il vous est possible d’utiliser le spray tout autour de votre cheval, sans que l’eau ne l’atteigne. Entre chaque spray et si votre cheval bouge, revenez le caresser avec la bouteille, pour lui montrer que malgré le bruit, elle est toujours inoffensive.

autour2autou1autour3

  • Pour amener le contact avec l’eau, nous vous conseillons d’utiliser le spray dans votre main puis de caresser votre cheval pour l’humidifier. Si sa peau est déjà humide sur la zone où vous utilisez le spray, il sera moins surpris. Répétez plusieurs fois et parfois utilisez le spray directement sur lui. Commencez toujours au niveau de l’encolure ou l’épaule. Alternez quelques instants entre votre main et l’encolure.
    Petit à petit, vous allez pouvoir utiliser le spray sur toutes les parties du corps. Pour la tête, n’hésitez pas à prendre un chiffon imbibé.

main1main2sprayzoom

Comme pour tout ce que nous faisons avec les chevaux, habituer son cheval au spray est un apprentissage. Ainsi, si l’urgence est de mettre de l’anti-mouche sur un cheval qui n’est pas habitué, mettez-le de préférence avec un gant ou un chiffon. L’idéal étant de préparer le jeune cheval ou d’apprendre à un plus vieux dans des conditions optimales d’apprentissage. Il en est de même avec le spray antiseptique ou pour les soins. Le jour où l’on doit l’utiliser, il est préférable, pour le cheval mais aussi pour le soigneur, que le cheval ait appris avant. L’apprentissage dans de bonnes conditions amène toujours plus de compréhension.

Questions-réponses

« Comment réagir si mon cheval se met debout en main ? » Vanessa G.

avril 17, 2016

 

cabré

Nous commencerons par ce qu’il ne faut pas faire. En effet, un cheval qui se met debout à vos côtés représente potentiellement un danger pour vous et pour lui. Pour gérer la situation du mieux possible, certains réflexes sont à éviter :

  • Ne restez pas proche de lui, car vous ne savez pas à quel moment et à quel endroit le cheval reviendra au sol.
  • Ne tirez pas sur la longe, car d’une part, vous déséquilibrez le cheval au risque de le faire tomber, et d’autre part vous créez un réflexe d’opposition sur la nuque du cheval. Il peut alors aller contre cette tension et se retourner.

Ces deux points peuvent paraître évidents, ce sont pourtant les réactions les plus courantes.

En gardant votre sang froid, mettez-vous rapidement en sécurité, loin des antérieurs, sur le côté. Attendez que le cheval revienne au sol sans rien faire. Concentrez-vous pour gérer la longe afin que le cheval ne se prenne pas les pieds dedans. Le cas échéant, vous ne pourrez pas agir sur la longe pour reprendre du contrôle, voire vous serez contraint de lâcher votre cheval.

Un cheval qui se cabre reporte tout son poids sur les membres postérieurs. Afin de lui faire abandonner cette idée, et pour  concentrer son attention sur vous, mobilisez-les dès que possible. Si vous êtes capable de déplacer les hanches avec précision, votre cheval est attentif et il allège son arrière-main; il n’est plus dans l’idée de se mettre debout. Pour un cheval, mobiliser les postérieurs à une vitesse précise et avec légèreté peut s’avérer contraignant, vous créez ainsi un inconfort qui joue en votre faveur si votre cheval a l’intention de se cabrer à nouveau.

Enfin, essayez d’analyser la situation. Pourquoi votre cheval se met debout ? Les possibilités sont multiples :

  • Par excitation

Il est concentré sur l’environnement et pas sur vous, captez à nouveau son attention en contrôlant les postérieurs.

  • Parce qu’il refuse d’avancer

 Il s’oppose à la pression du licol, contrôlez les postérieurs et placez-vous sur le côté pour pouvoir exercer une pression derrière lui  (ex : au moment du chargement dans le van).

  • Par peur de vos gestes ou à cause de demandes incomprises

Soyez précis dans vos gestes car tout ce que vous faîtes signifie quelque chose pour le cheval et il répond en fonction de ce qu’il pense devoir faire (notamment pour les poulains).

  • Par peur d’un élément dans l’environnement

Se sentant retenu par le licol, cherchant à fuir, il se cabre. Améliorez le contrôle des postérieurs, apprenez à ne pas le bloquer et habituez progressivement votre cheval à des éléments nouveaux, plus sa confiance grandira, moins il se cabrera.…

  • Parce que vous lui avez appris

Il répète ce comportement dans diverses situations, le rendant dangereux. Attention à ce que vous apprenez à votre cheval ; les bases d’abord, le spectacle après.

cabré5

Pour être plus en sécurité et pour garantir l’apprentissage de votre cheval, préférez utiliser une longue longe. Elle vous aidera à agir et relâcher au bon moment.

Ainsi, la mobilisation des postérieurs est primordiale pour contrôler un cheval qui se cabre mais ce sont avant tout la qualité de vos actions de mains, l’apprentissage du cheval à céder à une pression, votre position dans les diverses situations et la manière dont vous abordez les nouveautés qui vont limiter ce problème.

Photos: Cécile de Vregille
Questions-réponses

« J’ai besoin de conseils car lorsque j’essaie de longer mon cheval, il se met face à moi et si j’insiste, il se cabre. » Bastien M.

février 14, 2016

Ce problème est assez fréquent parce qu’en général pour mettre un cheval en mouvement sur un cercle, le longeur exerce une pression avec la chambrière derrière le cheval pour que celui-ci se porte en avant, ce qui fonctionne en général.  Cependant, les chevaux n’ont pas la même sensibilité : certains fuiront pour se retrouver en bout de longe et seront faciles à longer. D’autres préféreront faire face pour éviter la chambrière et si vous insistez, n’ayant pas l’idée d’aller en avant, ils répondront à l’agitation du longeur en se cabrant…

Au-delà du fait que les chevaux sont différents, la qualité de votre demande joue un grand rôle quant à la compréhension du cheval. En effet, si une pression exercée franchement à l’arrière du cheval le mettra en avant, si vous êtes placé sur le côté et que l’action de votre stick ou chambrière n’est pas suffisamment derrière,  la sensation que perçoit le cheval n’est pas celle que vous désirez. Le cheval, pour répondre à cette pression qu’il ressent sur le côté, éloigne ses hanches du stick et se retrouve face à vous. Si, alors, vous insistez avec le même geste, les mêmes causes amenant les mêmes effets, vous tournerez en rond autour d’un cheval qui vous fera face. Certains chevaux peuvent alors s’agacer…

Dans cette situation, si vous pouvez éloigner l’avant-main de votre cheval, il n’y a plus de problème. Ainsi, pour mettre votre cheval sur le cercle, placez-le face à vous, à distance, et exercez une pression vers l’avant-main. En s’éloignant, il se mettra en mouvement sur le cercle.

envoi1 envoi2 envoi3

Le longeur est fixe au centre du cercle, la longe indique la direction et le stick éloigne l’avant-main.

Si le cheval s’arrête, remontrez la direction avec la longe et  mettez une pression avec votre stick ou la chambrière loin derrière le cheval. Si votre mouvement et votre pression se dirige vers l’arrière-main du cheval, vous pousserez les hanches et vous obtiendrez le même problème qu’au départ.

direction

Le langage corporel du longeur est en parallèle avec le mouvement qu’il souhaite obtenir de son cheval.

Votre langage corporel est très important pour le cheval, il envoie des informations à votre cheval. Faites en sorte de lui envoyer les bonnes !

Questions-réponses

« Quelle progression suivre pour désensibiliser mon cheval à de nouveaux objets ? » Nathalie V.

décembre 13, 2015

      une2Il existe plusieurs méthodes pour habituer un cheval à un objet nouveau, le choix dépend de l’objet en question, de votre niveau, de vos objectifs et de votre cheval. En effet chaque cheval réagit différemment dans une même situation: certains chevaux n’osent pas sentir un sac plastique alors que d’autres jouent rapidement avec un gros ballon. Il n’y a donc pas de règle proprement dite et il est important de savoir s’adapter en fonction de la situation.

Pour certains chevaux, quelques minutes seront nécessaires pour comprendre que l’objet  n’est pas dangereux et pour d’autres plus sensibles, il faudra plusieurs séances pour qu’ils s’y habituent complètement. Cela sous-entend que vous êtes capables de lire rapidement et correctement les expressions de votre cheval. En effet, un regard inquiet, des naseaux grands ouverts, un port de tête haut sont autant d’indices à ne pas négliger et qui signifient que votre cheval n’est pas prêt à franchir un nouveau palier. Si vous manquez ce moment, votre cheval peut commencer à s’agiter et si vous insistez davantage, vous apprenez certainement à votre cheval à réagir et à s’inquiéter devant l’objet en question.

Vous pouvez commencer par présenter l’objet à votre cheval, en vous plaçant en sécurité dans l’éventualité d’un écart. Laissez le cheval faire, sa curiosité naturelle devrait l’amener progressivement, ou rapidement selon les cas, à sentir cet objet. Il peut être intéressant de faire suivre l’objet au cheval s’il est très impressionné ou pour développer son intérêt vis-à-vis de lui. Ensuite, pour pouvez mettre l’objet au contact du cheval, caressez-le progressivement partout et évoluez ainsi des deux côtés de votre cheval.

corps1flagsac

Désensibilisation au contact avec différents outils: une bâche, un drapeau et un sac

Vous pouvez ensuite ajouter du mouvement, et/ou du bruit avec votre objet. Commencez doucement et dans une zone facile, comme la base de l’encolure, relâchez avant que le cheval ne s’inquiète et reprenez. Vous augmentez progressivement de cette façon la tolérance de votre cheval.

stickcorps2sac57

Désensibilisation au mouvement et au bruit  d’un stick, d’une bâche, et d’un sac 

En demandant au cheval de se déplacer avec l’objet sur lui, vous l’habituez à porter quelque chose et vous vous assurez qu’il n’est pas figé. Pendant qu’il marche, à nouveau, vous pouvez ajouter du mouvement ou du bruit à votre objet, mais restez progressif et récompensez le cheval en enlevant l’objet lorsqu’il montre des signes de relâchement.

corde9flag90corps3

Désensibilisation au pas avec un objet en mouvement

Le cheval devrait progressivement ne plus prêter d’attention à votre objet. Si ce n’est pas le cas, vous avez certainement laissé une zone d’ombre. Essayez de comprendre à quel niveau: le cheval est-il différent d’un côté ou de l’autre ? Réagit-il encore au bruit lorsqu’il est à l’arrêt ? Avez-vous des difficultés à le mettre au pas ?

Il est aussi possible de travailler avec vos objets autour du cheval, afin de l’habituer à des mouvements ou des bruits dans son environnement. Vous pouvez approfondir cet aspect de la désensibilisation avec l’article que nous lui avions consacré ici.

tirerdevantcercle5

Désensibilisation autour du cheval en mouvement

Nous avons vu quelques éléments de base qui constituent des paliers afin de présenter au mieux les difficultés à votre cheval. La plupart du temps, lorsqu’un cheval ne s’habitue pas à un nouvel objet, c’est que nous sommes allés trop vite par rapport au degré de sensibilité du cheval. En construisant des bases solides, vous pouvez ensuite développer la confiance de votre cheval en imaginant des situations différentes, avec plus de bruit, plus de mouvements ou dans des angles de vue différents.

Questions-réponses

« Mon cheval est très difficile à vacciner, il se jette en avant et nous bouscule. Que puis-je faire ? » Aurélie M.

octobre 11, 2015

          La vaccination ou l’administration de médicaments par injection font partie des soins élémentaires et incontournables que nous réalisons sur les chevaux, au même titre par exemple que l’administration du vermifuge, le nettoyage des plaies au jet d’eau, la tonte d’une région lésée,…

Il est difficile de prévoir l’imprévisible, en particulier avec les chevaux, mais vous gagnerez du temps à préparer en amont votre cheval à diverses situations. Vous éviterez ainsi de vous retrouver avec un cheval difficile voire dangereux au cours d’un soin aussi anodin qu’un vaccin.

          Sans préparation, l’ensemble de ces situations est perçu comme un stimulus aversif par le cheval, entraînant de la peur et/ou de la douleur. Le cheval fait une association entre le contexte, par exemple la présence du vétérinaire ou l’odeur de l’alcool, et le désagrément ressenti. Lorsque la même situation se reproduira, il anticipera en se crispant, ce qui rendra l’injection difficile et sûrement plus douloureuse. La prochaine fois, il faut s’attendre à ce que la situation se dégrade davantage, le cheval sera de plus en plus agité et éventuellement, vous en perdrez le contrôle. Si le vaccin est accompagné de nervosité de la part des humains, il est évident que l’incompréhension du cheval sera grandissante. Le cheval qui parvient à se débarrasser du problème, en se mettant debout, en arrachant la longe si le vaccin a lieu au pré,  ou en vous poussant dans le box, apprend l’inverse de ce que vous souhaiteriez qu’il fasse. Le comportement qui lui a permis de ne pas ressentir de douleur et de retrouver sa liberté est renforcé…

Vous pouvez éviter une situation critique, ou y remédier, en enseignant à  votre cheval à accepter une injection, au même titre que vous lui apprenez à donner les pieds !

          Etant donné que le cheval se tend en levant la tête, il vous faut vérifier que, dans une situation calme, il cède bien à une pression du licol vers le bas et qu’il reste relâché ensuite. Dans des situations du quotidien où le cheval se tend, vérifiez que vous obtenez la même réponse.

enbas1 enbas2 enbas3

Ensuite, vous pourrez travailler plus spécifiquement sur la préparation à la piqûre. Positionnez une main sur la longe prête à agir pour demander au cheval de baisser l’encolure. Commencez à tapoter l’encolure avec l’autre main plusieurs fois avant de demander au cheval de baisser l’encolure et de se relâcher. Lorsqu’il cède, arrêtez de tapoter et lâchez la longe.

tete

Dans un deuxième temps, vous pouvez utiliser un objet ressemblant à une seringue, comme un stylo ou un cure-dent, et répétez le même exercice.  Le cheval doit apprendre à se débarrasser de la contrainte sur l’encolure en se relâchant. Si cet exercice est bien réalisé, votre cheval baissera la tête avant que vous n’ayez demandé avec la longe. S’il a cette idée au moment de la piqûre, cela la rendra moins désagréable. Si vous travaillez les flexions d’encolure dans votre travail à pied régulièrement, vous pourrez lui demander un léger pli au moment de l’injection, cela relâchera les muscles et diminuera la douleur.

stylo1stylo6styloba

          Certains chevaux peuvent être sensibles aux odeurs (du vétérinaire, de l’alcool,…) et anticipent la douleur ; ils se tendent, la piqûre fait mal et c’est un cercle vicieux. Pour ces chevaux, si vous leur passez un coton d’alcool sur l’encolure régulièrement en vue d’un  vaccin, ils s’y habitueront et ne se tendront pas le jour J. Continuez avec l’alcool, les jours suivants, en prévision du prochain vaccin.

Malgré une bonne préparation et un cheval relâché lors du vaccin annuel, il arrive que certaines situations fassent régresser le cheval. C’est le cas par exemple de la prise en charge de certaines maladies qui nécessitent des injections répétées. Le cheval anticipe de plus en plus la piqûre, se tend et la douleur s’accentue. Il faut donc répéter à nouveau les exercices, vous pouvez y ajouter du renforcement positif, en donnant une récompense par exemple au moment où le cheval se relâche.

La base de ces exercices correspond au programme des savoirs 1 et 2 d’équitation éthologique FFE. Comme toujours, plus vous enseignez à votre cheval comment se comporter dans des situations différentes, et moins vous aurez de mauvaises surprises le moment voulu.

Questions-réponses

« Je travaille déjà mon cheval à pied et j’aimerais connaître l’intérêt du travail aux longues rênes. » Monique S.     

août 16, 2015

cool

Tout ce que vous faites avec votre cheval relève d’un apprentissage, et plus vous lui apprenez de choses (les bonnes) plus il comprendra les situations auxquelles il sera confronté.  Il en est de même pour le cavalier, chaque nouvel apprentissage le rend meilleur dans la communication avec son cheval. Dans le cas des longues rênes, il va sans dire que cela correspond à l’apprentissage de l’action des rênes pour le cheval et de la précision des mains pour le cavalier.

main

Monter un cheval qui a compris l’action des aides et qui y répond de manière légère, grâce à un cavalier logique dans ses demandes, est le résultat de différentes phases dans l’apprentissage. Plus ces phases sont détaillées, plus la compréhension est aisée et plus le résultat est élevé ! Ainsi, le travail à pied que vous faites avec votre cheval est une phase primordiale, mais qui peut être affiné par le travail en main et les longues rênes.

pas

Dans le travail à pied,  le cheval a appris à céder à une pression liée à la longe, que ce soit au licol ou avec un filet, mais aussi à la pression au niveau de la jambe du cavalier (cf article sur le travail à pied). Dans le travail en main et le travail aux longues rênes, il s’agit de l’apprentissage de l’action des deux rênes. C’est d’abord au cavalier d’apprendre à bien utiliser ses mains pour ne pas avoir d’actions contradictoires et au cheval d’apprendre à gérer son corps, ses pieds en fonction de l’action des rênes.

galop

Au départ, ce n’est pas votre cheval que vous allez travailler, mais vous-même: être à la même vitesse que votre cheval, utiliser votre haut du corps pour avoir une main juste. Ces éléments vous permettront d’être efficace et compris aux longues rênes et amélioreront vos sensations et votre position à cheval.

haie

Vous pourrez alors retranscrire cet apprentissage une fois en selle, tout en vous appliquant à utiliser les actions de mains telles que le cheval les ressentait par les longues rênes et à ce que l’action de vos jambes soit en phase avec les demandes de votre main. Si le cheval peut faire une épaule en dedans uniquement par l’action des longues rênes, c’est qu’il sait le faire…

epaule

En résumé, les intérêts côté cavalier :

               Comprendre et/ou améliorer l’action des mains (le cavalier ne pouvant pas compenser par l’action des jambes, ni « bricoler »)

               Mettre l’accent sur la solidité du haut du corps qui permet le contact constant, sans tirer, et que nous retrouvons à cheval

               Observer son cheval

               Travailler son cheval même s’il ne peut pas le monter

Et côté cheval :

               Apprentissage de l’action des deux rênes, lors du débourrage et du travail de base

               Perfectionnement : épaules en dedans, travail sur le cercle, piaffer…

               Diversification des apprentissages

               Possibilité d’être travaillé si il ne peut être monté

Toutes ces notions d’apprentissage depuis le travail à pied d’un jeune cheval jusqu’au travail plus spécifique des différentes disciplines, en passant par les bases du travail monté et le travail aux longues rênes sont au programme des Rencontres de la Cense qui auront lieu du 18 au 20 septembre 2015 au Haras de la Cense. Avec Antoine Bancaud, spécialiste des longues rênes, nous y expliquerons, lors de présentations, l’intérêt du travail aux longues rênes  et ses répercutions sur le travail monté.

dos

Questions-réponses

Mon cheval ne monte pas dans le van, que puis-je faire ? Mélodie P.

juin 15, 2015

Tout d’abord, il faut savoir que plus vous aurez des compétences de travail à pied, moins il sera difficile pour vous de mettre le cheval dans le van. Ne connaissant pas votre niveau technique à pied, nous vous donnerons des points–clés pour un bon chargement dans le van :

  • La rectitude : le cheval doit être droit avant d’arriver sur le pont. Si le cheval est droit (tête vers le van, épaules droites et hanches alignées), il s’intéressera au van. Si vous l’amenez vers le van sans prendre garde à ce qu’il pense à ce moment-là (regarde à l’extérieur, se décale), vous compliquez l’exercice. S’il n’est pas prêt à aller dans le van, il le sera encore moins quand il s’en rapprochera…

belletraversdroite

 

 

 

 

 

  • Récompenser le cheval qui cherche : le cheval immobile dans le van est le résultat que nous cherchons à obtenir. Ce n’est pas l’idée du cheval, il faut donc l’intéresser au van. Ainsi, s’aligner par rapport à l’entrée du van, sentir une partie du van, faire un pas vers le van, sont des bonnes étapes vers la solution. Pour que le cheval le sache, il faut le récompenser en cessant toute demande. Plus le cheval a du mal à trouver la bonne solution, plus le temps de récompense doit être long.

relache

  • Ne pas le coincer : le cheval n’a aucune raison d’aller dans un endroit fermé comme le van. Cela va à l’encontre de son instinct de survie. Ainsi, si lorsqu’il fait un effort, vous le retenez ou le poussez derrière, il se sent coincé et cela confirme son impression d’insécurité. Il risque de ne plus vouloir monter. Dites-vous que plus le cheval ressort du van et plus vous avez d’occasions de lui apprendre à monter et à rester.

monte2

  • Confort/inconfort : Le confort doit être dans le van. Ne mettez pas de pression dedans, par contre, une fois le cheval ressorti (sur votre demande ou de lui-même), redemandez-lui de monter. Le cheval préférera alors être tranquille à l’intérieur du van…Si le cheval ne fait plus d’effort, vous pouvez lui demander un travail hors du van: reculer, cercle… La nourriture peut renforcer cette idée, mais attention, le cheval doit se sentir en sécurité dans le van. Certains chevaux montent, attrapent la nourriture pour ressortir aussitôt, le problème du van n’est alors  pas réglé…

cercle

 

Il n’y a pas de secrets, ni de magie, meilleur sera votre niveau dans le travail à pied et meilleur sera celui du cheval, plus le chargement sera facile. Nous vous conseillons de passer par ces apprentissages avant de vous attaquer au  van. Vous ferez par la même occasion de nombreux exercices tels que contrôler votre cheval sur une barre, une bâche, sous un portique qui rendront beaucoup plus abordable le van.

Ne vérifiez pas que votre cheval ne monte pas le jour où vous devez voyager…mais apprenez lui pour être certain qu’il montera et sera calme ce jour-là. Et, attention, certains chevaux ne remontent pas après avoir voyagé parce qu’ils n’ont pas aimé le conducteur précédent…

 

 

Questions-réponses

En promenade, mon cheval ne passe pas les flaques d’eau, les ruisseaux. Que puis-je faire ? Christine H.

avril 17, 2015

 

intro

 

Vous pouvez déjà préparer votre cheval à passer sur diverses surfaces, à pied, dans des conditions que vous mettez en place, puis en étant monté.  Ce sont des séances d’apprentissage où les conditions (temps, objectifs) sont réunies pour la bonne compréhension.

Lors de la promenade,  votre objectif est peut-être de passer dans la flaque d’eau, mais n’oubliez pas le plus important:  votre cheval doit faire une association positive avec cette expérience !

Lorsque votre cheval se retrouve face à un passage d’eau, son objectif est de l’éviter alors que le vôtre est de le traverser. Comment faire pour que votre idée devienne la sienne ? Contrôlez les pieds de votre cheval quand il cherche à s’éloigner  de ce qui représente un problème pour lui et rendez positif, agréable le fait qu’il se rapproche du point d’eau.

Si le cheval a l’idée de faire demi-tour en mobilisant ses épaules, il est difficile d’aller contre son idée. Par contre, vous pouvez lui mobiliser les hanches pour les garder toujours à l’opposé du problème : le cheval est alors face à l’endroit où vous voulez l’emmener. Récompensez-le. Pendant toutes ces demandes, regardez toujours le même point de l’autre côté de l’eau.

post2post3post4

Lorsque l’idée du cheval n’est plus de faire demi-tour, c’est une bonne étape de passée, mais si vous le mettez en avant, il va peut-être se bloquer ou même reculer. Ne lui demandez pas d’aller vers ce qu’il considère comme un mur. Dirigez-le plutôt à droite et à gauche face au point d’eau. Quand il s’y intéresse ou va vers l’avant, cessez toutes demandes, laissez-le faire et caressez-le. Répétez jusqu’à ce qu’il comprenne que le point d’eau est source de confort pour lui. Votre idée commence à devenir la sienne.

ant2ant3trans

Si vous lui avez présenté un passage d’eau facile pour commencer (ce qu’il faut faire !), il passera de l’autre côté. Ensuite, vous pourrez augmenter les difficultés, comme dans tout apprentissage.

Ne soyez pas pressé lors de cette étape, c’est un investissement sur le long terme. Bien entendu, avec un bon contrôle du cheval en général et des difficultés progressives, rien ne sera impossible !

tete

Questions-réponses

« Mon cheval fait des écarts devant les objets nouveaux, que faire pour l’améliorer ? » Nicolas C.

février 1, 2015

tete

Chaque poulain, sans l’intervention de l’homme, adopte un comportement qui lui est propre face à la rencontre d’un nouvel objet. Certains, compte tenu de leur race, de leur génétique ou du comportement de leur mère, sont d’un naturel curieux et se dirigent assez rapidement vers les objets pour les sentir, les toucher voire les prendre dans la bouche. D’autres, par contre, font tout pour s’en éloigner. Dans le contexte de domestication dans lequel ces derniers évolueront, il est préférable, pour eux comme pour nous, qu’ils passent de l’état peureux à l’état curieux.

Il est à signaler que beaucoup de manipulations hâtives avec les poulains peuvent les rendre plus peureux : les coincer pour les attraper (augmente la peur de l’homme), les forcer à rentrer dans un box, dans la douche, dans un van (augmente la peur du confinement), etc… La curiosité a besoin de temps.

Même si les poulains sont bien manipulés, comme cela a été dit précédemment, leur degré de curiosité ne sera pas nécessairement le même. Il n’y a pas d’âge pour améliorer la curiosité d’un cheval. Les exercices décrits ci-dessous, où l’on demande au cheval de s’intéresser aux objets, sont primordiaux avant de demander à un cheval de passer sur quelque chose : bâche, barre au sol, sauter un sous-bassement ou monter dans un van. En effet, comment peut-on espérer monter un cheval dans un van, s’il ne s’y intéresse pas, voire s’il en a déjà peur à plusieurs mètres !

Pour réaliser cet exercice, l’idéal est de pouvoir mener son cheval à distance, le but étant de l’envoyer vers l’objet pour qu’il s’y arrête puis le sente et le touche. Peu importe les objets (plots, cubes, tapis au sol, selle, tronc…) mais présentez ceux qui paraissent les plus simples pour votre cheval puis augmentez la difficulté.

Si le cheval ne veut pas s’en approcher, laissez-lui le temps de l’observer et lorsque son attitude montre qu’il est moins inquiet, proposez-lui de s’en rapprocher.

S’il ne s’y intéresse pas et passe à côté ou s’il l’évite par peur, redirigez le face à l’objet, (votre longueur de corde doit être adaptée pour que l’information soit la plus précise possible). Quand il s’en rapproche, relâchez-vous pour qu’il ralentisse et cherche à s’arrêter proche.  Petit à petit, il va chercher une solution vers l’objet.

plot10plot31plot41

Lorsqu’il est immobile proche de l’objet, ne lui demandez plus rien : plus il s’approche de l’objet, plus ce doit être une zone de confort. Bientôt, le moment de confort correspondra au moment où il touche l’objet. N’intervenez pas au moment où le cheval explore l’objet, même s’il utilise les dents ou les sabots, dans la mesure où sa sécurité et la vôtre ne sont pas en danger.

tapis1 tapis2 tapis3

Tirer un objet est un exercice  qui en général permet d’accroître de façon évidente l’intérêt du cheval, même s’il est d’un tempérament indifférent ou craintif.  Il est en effet plus attiré  car l’objet est en mouvement et plus confiant car l’objet s’éloigne de lui. Permettez au cheval de terminer l’exercice en touchant l’objet au moment où il montre le plus d’intérêt.

sac sac2 sac3

En réalisant cet exercice vous ne mettrez pas de pression pour que le cheval passe l’embûche (puisque ce n’est pas votre objectif), votre cheval trouvera un confort proche de l’objet, il sera alors prêt à franchir l’embûche : barre au sol, bâche, flaque d’eau, van.

barre1 barre2 barre3

Vous verrez que le jour où vous voudrez franchir une nouvelle embûche avec votre cheval, à pied ou monté, cet exercice deviendra naturellement votre première étape. Le temps que vous laisserez à votre cheval pour s’intéresser sera du temps de gagné pour le franchissement et un confort pour vous et votre cheval. Plus votre cheval aura des expériences positives avec des nouvelles situations, moins il les craindra. Par la réalisation de ce type d’exercices, vous ne modifierez pas la nature peureuse de votre cheval, mais vous lui apprendrez à mieux réagir et à mieux se comporter face à la nouveauté.

Questions-réponses

« Mon cheval couche les oreilles quand je veux le caresser. Que dois-je faire ? » Adelina K.

novembre 24, 2014

 

Certains chevaux ont une attitude menaçante lorsque vous entrez dans leur box ou que vous vous voulez les caresser. Ils mettent les oreilles en arrière, plaquées et tendent l’encolure vers vous. Ce n’est pas anodin et si on ne fait pas les bons gestes, cela peut empirer.

Certaines personnes vont  reculer face à ce comportement, d’autres vont faire de grands gestes pour chasser le cheval. Alors, quelle est la bonne attitude à adopter ? Avec les chevaux, il n’existe pas une seule et unique solution, les situations ne sont pas les mêmes et chaque cheval est différent.

agressive

Tout d’abord, cette attitude montre que le cheval n’est pas prêt à nous accepter, il préfère que nous restions au loin. Ce qu’il faut toujours avoir à l’esprit est que nous entrons dans son espace : notre attitude doit donc être positive pour lui. Nous devons être détendus, relâchés, progressifs et sûrs. Il faut aussi parfois laisser le temps au cheval de nous observer, voire de nous sentir.  Notre approche est plus facile si le premier contact vient de lui : c’est déjà son idée.bonnaattitude

Si lorsque l’on s’approche pour le caresser, le cheval met les oreilles en arrière et que nous reculons en enlevant la main, le cheval a trouvé la solution pour éviter que nous le touchions. Si cet événement est répété plusieurs fois, nous renforçons l’idée du cheval, jusqu’à ce qu’il cherche même à ouvrir la bouche…Il est donc important d’aller au bout de notre geste : toucher le cheval.  Le but étant que le cheval change sa perception sur nous et notre main : le contact devra être franc et agréable. Si l’association de l’humain et de la main est plus positive, il changera son attitude.

main1

Si le cheval a tendance à tendre son encolure vers nous, il faut évidemment rester en sécurité et protéger notre espace. Cependant, attention aux grands gestes ou aux actions brèves vers le cheval, ils peuvent être interprétés comme des menaces pour le cheval qui nous verra alors comme un élément négatif et son attitude ne changera pas, voire empirera. Nous ne laisserons pas le cheval s’approcher avec une mauvaise attitude et pour ce faire, nous ferons ce que l’on peut appeler une  obstruction (voir photos) : on placera notre bras, fixe, entre la tête du cheval et nous pour fixer une limite. Nous contrôlerons la tête du cheval de manière franche, sans agression, pour tout de suite le caresser, en restant relâché.

obstruction

 

Nota Bene :

La présence de l’humain est peut-être synonyme de contraintes (travail…) et il faut penser à aller voir le cheval et le sortir de son box pour des activités positives pour lui (brouter…)

Certains chevaux à qui l’on a fait des soins suite à une blessure ont des raisons d’éviter notre contact.

La situation se reproduit peut-être, au contact de la brosse ou lorsque vous mettez le tapis et la selle. Votre attitude devra être la même.

L’humain va souvent chercher à toucher le cheval, pour son propre plaisir. Mais selon la manière dont vous le faites et sa sensibilité, il n’appréciera pas nécessairement…