Browsing Category

Blog

Questions-réponses

« Quelle progression suivre pour désensibiliser mon cheval à de nouveaux objets ? » Nathalie V.

décembre 13, 2015

      une2Il existe plusieurs méthodes pour habituer un cheval à un objet nouveau, le choix dépend de l’objet en question, de votre niveau, de vos objectifs et de votre cheval. En effet chaque cheval réagit différemment dans une même situation: certains chevaux n’osent pas sentir un sac plastique alors que d’autres jouent rapidement avec un gros ballon. Il n’y a donc pas de règle proprement dite et il est important de savoir s’adapter en fonction de la situation.

Pour certains chevaux, quelques minutes seront nécessaires pour comprendre que l’objet  n’est pas dangereux et pour d’autres plus sensibles, il faudra plusieurs séances pour qu’ils s’y habituent complètement. Cela sous-entend que vous êtes capables de lire rapidement et correctement les expressions de votre cheval. En effet, un regard inquiet, des naseaux grands ouverts, un port de tête haut sont autant d’indices à ne pas négliger et qui signifient que votre cheval n’est pas prêt à franchir un nouveau palier. Si vous manquez ce moment, votre cheval peut commencer à s’agiter et si vous insistez davantage, vous apprenez certainement à votre cheval à réagir et à s’inquiéter devant l’objet en question.

Vous pouvez commencer par présenter l’objet à votre cheval, en vous plaçant en sécurité dans l’éventualité d’un écart. Laissez le cheval faire, sa curiosité naturelle devrait l’amener progressivement, ou rapidement selon les cas, à sentir cet objet. Il peut être intéressant de faire suivre l’objet au cheval s’il est très impressionné ou pour développer son intérêt vis-à-vis de lui. Ensuite, pour pouvez mettre l’objet au contact du cheval, caressez-le progressivement partout et évoluez ainsi des deux côtés de votre cheval.

corps1flagsac

Désensibilisation au contact avec différents outils: une bâche, un drapeau et un sac

Vous pouvez ensuite ajouter du mouvement, et/ou du bruit avec votre objet. Commencez doucement et dans une zone facile, comme la base de l’encolure, relâchez avant que le cheval ne s’inquiète et reprenez. Vous augmentez progressivement de cette façon la tolérance de votre cheval.

stickcorps2sac57

Désensibilisation au mouvement et au bruit  d’un stick, d’une bâche, et d’un sac 

En demandant au cheval de se déplacer avec l’objet sur lui, vous l’habituez à porter quelque chose et vous vous assurez qu’il n’est pas figé. Pendant qu’il marche, à nouveau, vous pouvez ajouter du mouvement ou du bruit à votre objet, mais restez progressif et récompensez le cheval en enlevant l’objet lorsqu’il montre des signes de relâchement.

corde9flag90corps3

Désensibilisation au pas avec un objet en mouvement

Le cheval devrait progressivement ne plus prêter d’attention à votre objet. Si ce n’est pas le cas, vous avez certainement laissé une zone d’ombre. Essayez de comprendre à quel niveau: le cheval est-il différent d’un côté ou de l’autre ? Réagit-il encore au bruit lorsqu’il est à l’arrêt ? Avez-vous des difficultés à le mettre au pas ?

Il est aussi possible de travailler avec vos objets autour du cheval, afin de l’habituer à des mouvements ou des bruits dans son environnement. Vous pouvez approfondir cet aspect de la désensibilisation avec l’article que nous lui avions consacré ici.

tirerdevantcercle5

Désensibilisation autour du cheval en mouvement

Nous avons vu quelques éléments de base qui constituent des paliers afin de présenter au mieux les difficultés à votre cheval. La plupart du temps, lorsqu’un cheval ne s’habitue pas à un nouvel objet, c’est que nous sommes allés trop vite par rapport au degré de sensibilité du cheval. En construisant des bases solides, vous pouvez ensuite développer la confiance de votre cheval en imaginant des situations différentes, avec plus de bruit, plus de mouvements ou dans des angles de vue différents.

Questions-réponses

« Mon cheval est très difficile à vacciner, il se jette en avant et nous bouscule. Que puis-je faire ? » Aurélie M.

octobre 11, 2015

          La vaccination ou l’administration de médicaments par injection font partie des soins élémentaires et incontournables que nous réalisons sur les chevaux, au même titre par exemple que l’administration du vermifuge, le nettoyage des plaies au jet d’eau, la tonte d’une région lésée,…

Il est difficile de prévoir l’imprévisible, en particulier avec les chevaux, mais vous gagnerez du temps à préparer en amont votre cheval à diverses situations. Vous éviterez ainsi de vous retrouver avec un cheval difficile voire dangereux au cours d’un soin aussi anodin qu’un vaccin.

          Sans préparation, l’ensemble de ces situations est perçu comme un stimulus aversif par le cheval, entraînant de la peur et/ou de la douleur. Le cheval fait une association entre le contexte, par exemple la présence du vétérinaire ou l’odeur de l’alcool, et le désagrément ressenti. Lorsque la même situation se reproduira, il anticipera en se crispant, ce qui rendra l’injection difficile et sûrement plus douloureuse. La prochaine fois, il faut s’attendre à ce que la situation se dégrade davantage, le cheval sera de plus en plus agité et éventuellement, vous en perdrez le contrôle. Si le vaccin est accompagné de nervosité de la part des humains, il est évident que l’incompréhension du cheval sera grandissante. Le cheval qui parvient à se débarrasser du problème, en se mettant debout, en arrachant la longe si le vaccin a lieu au pré,  ou en vous poussant dans le box, apprend l’inverse de ce que vous souhaiteriez qu’il fasse. Le comportement qui lui a permis de ne pas ressentir de douleur et de retrouver sa liberté est renforcé…

Vous pouvez éviter une situation critique, ou y remédier, en enseignant à  votre cheval à accepter une injection, au même titre que vous lui apprenez à donner les pieds !

          Etant donné que le cheval se tend en levant la tête, il vous faut vérifier que, dans une situation calme, il cède bien à une pression du licol vers le bas et qu’il reste relâché ensuite. Dans des situations du quotidien où le cheval se tend, vérifiez que vous obtenez la même réponse.

enbas1 enbas2 enbas3

Ensuite, vous pourrez travailler plus spécifiquement sur la préparation à la piqûre. Positionnez une main sur la longe prête à agir pour demander au cheval de baisser l’encolure. Commencez à tapoter l’encolure avec l’autre main plusieurs fois avant de demander au cheval de baisser l’encolure et de se relâcher. Lorsqu’il cède, arrêtez de tapoter et lâchez la longe.

tete

Dans un deuxième temps, vous pouvez utiliser un objet ressemblant à une seringue, comme un stylo ou un cure-dent, et répétez le même exercice.  Le cheval doit apprendre à se débarrasser de la contrainte sur l’encolure en se relâchant. Si cet exercice est bien réalisé, votre cheval baissera la tête avant que vous n’ayez demandé avec la longe. S’il a cette idée au moment de la piqûre, cela la rendra moins désagréable. Si vous travaillez les flexions d’encolure dans votre travail à pied régulièrement, vous pourrez lui demander un léger pli au moment de l’injection, cela relâchera les muscles et diminuera la douleur.

stylo1stylo6styloba

          Certains chevaux peuvent être sensibles aux odeurs (du vétérinaire, de l’alcool,…) et anticipent la douleur ; ils se tendent, la piqûre fait mal et c’est un cercle vicieux. Pour ces chevaux, si vous leur passez un coton d’alcool sur l’encolure régulièrement en vue d’un  vaccin, ils s’y habitueront et ne se tendront pas le jour J. Continuez avec l’alcool, les jours suivants, en prévision du prochain vaccin.

Malgré une bonne préparation et un cheval relâché lors du vaccin annuel, il arrive que certaines situations fassent régresser le cheval. C’est le cas par exemple de la prise en charge de certaines maladies qui nécessitent des injections répétées. Le cheval anticipe de plus en plus la piqûre, se tend et la douleur s’accentue. Il faut donc répéter à nouveau les exercices, vous pouvez y ajouter du renforcement positif, en donnant une récompense par exemple au moment où le cheval se relâche.

La base de ces exercices correspond au programme des savoirs 1 et 2 d’équitation éthologique FFE. Comme toujours, plus vous enseignez à votre cheval comment se comporter dans des situations différentes, et moins vous aurez de mauvaises surprises le moment voulu.

FFE: savoirs, galops, brevets

Passer son savoir 2 d’équitation éthologique

septembre 10, 2015

Outre l’apport de nouvelles techniques au sol, la partie pratique du savoir 2 d’équitation éthologique repose sur l’amélioration des exercices du savoir 1, en obtenant plus de légèreté, plus de distance et/ou plus de vitesse de la part du cheval.

Ainsi, les exercices qui concernent la désensibilisation du cheval sont approfondis. Il peut être demandé aux cavaliers de présenter un travail de désensibilisation, à l’arrêt, avec un stick, un sac plastique, un drapeau,… La progressivité du cavalier, ses réactions en cas de mouvements du cheval, la tenue de la corde comptent parmi les éléments évalués. Un exercice de mener avec le drapeau sur le dos du cheval permet également d’apprécier le relâchement en mouvement.

stickflagd

Exercices de désensibilisation à l’arrêt et en mouvement

Les bases du contrôle des pieds du cheval telles que la mobilisation à distance sur quelques foulées de l’arrière-main et de l’avant-main du cheval, et le reculer sont incontournables. L’utilisation du langage corporel et celle éventuelle du stick doivent être adaptées aux réponses du cheval. Les points-clés côté cavalier sont: être efficace dans les demandes et relâcher au bon moment.

postantreculer

Mobilisation des postérieurs, des antérieurs et reculer par pression à distance

Les éléments précédents sont ensuite combinés lors de la mise en cercle du cheval. Ne vous précipitez pas, envoyer sur le cercle est une étape pendant laquelle le jury doit pouvoir apprécier le reculer de votre cheval, son immobilité à distance puis son mouvement d’épaule pour rejoindre le cercle. Au programme du savoir 2, les transitions simples (trot-pas-trot), le contrôle des hanches à distance ou le ramener du cheval devraient donner une impression de fluidité. Afin d’évaluer votre capacité à mobiliser l’avant-main de votre cheval à trois mètres de vous, un slalom à distance peut compléter les exercices précédents.

cercletrotslalom

Cercle au pas, transition montante au trot et slalom à distance

Viennent ensuite les passages d’embûches diverses au cours desquels votre placement par rapport au cheval doit permettre l’abord dans les meilleures conditions possibles. Un déplacement latéral le long du mur sur quelques foulées est également au programme. Parmi les erreurs à éviter: une utilisation excessive du stick et un manque de langage corporel, une longueur de corde trop courte qui retient le cheval, ou un positionnement trop proche du cheval.

bachesautlatéral

Passage au pas sur une bâche en envoyant le cheval, franchissement d’un obstacle au trot et déplacement latéral

Enfin, d’autres exercices peuvent agrémenter le programme de l’examen. Au savoir 2, le cavalier est capable de mobiliser son cheval dans toutes les directions, alors les possibilités d’évaluation sont multiples ! Quelques exemples en photos.

barremenerdouche

Faire reculer son cheval au dessus d’une barre, mener son cheval tête en bas, doucher son cheval non attaché

Concernant la partie théorique, documentez-vous sur le tempérament du cheval, ses variations individuelles et les tests dont disposent les éthologues pour les étudier. Au programme également, la vie sociale des chevaux, l’organisation des groupes à l’état naturel et les différentes interactions au sein du troupeau. Nous vous recommandons le livre « Comportements et postures. Que devez-vous savoir et observer ? » écrit par Hélène Roche, paru aux éditions Belin qui contient toutes les informations éthologiques relatives aux cinq savoirs .

Si vous êtes prêt pour votre examen, vous saurez certainement répondre à ces trois questions :

– Le cheval est-il un animal territorial ?

– Pouvez-vous expliquer la notion de dominance au sein d’un troupeau de chevaux ?

– Le tempérament d’un cheval évolue-t-il tout au long de sa vie ?

Bonnes révisions !

Questions-réponses

« Je travaille déjà mon cheval à pied et j’aimerais connaître l’intérêt du travail aux longues rênes. » Monique S.     

août 16, 2015

cool

Tout ce que vous faites avec votre cheval relève d’un apprentissage, et plus vous lui apprenez de choses (les bonnes) plus il comprendra les situations auxquelles il sera confronté.  Il en est de même pour le cavalier, chaque nouvel apprentissage le rend meilleur dans la communication avec son cheval. Dans le cas des longues rênes, il va sans dire que cela correspond à l’apprentissage de l’action des rênes pour le cheval et de la précision des mains pour le cavalier.

main

Monter un cheval qui a compris l’action des aides et qui y répond de manière légère, grâce à un cavalier logique dans ses demandes, est le résultat de différentes phases dans l’apprentissage. Plus ces phases sont détaillées, plus la compréhension est aisée et plus le résultat est élevé ! Ainsi, le travail à pied que vous faites avec votre cheval est une phase primordiale, mais qui peut être affiné par le travail en main et les longues rênes.

pas

Dans le travail à pied,  le cheval a appris à céder à une pression liée à la longe, que ce soit au licol ou avec un filet, mais aussi à la pression au niveau de la jambe du cavalier (cf article sur le travail à pied). Dans le travail en main et le travail aux longues rênes, il s’agit de l’apprentissage de l’action des deux rênes. C’est d’abord au cavalier d’apprendre à bien utiliser ses mains pour ne pas avoir d’actions contradictoires et au cheval d’apprendre à gérer son corps, ses pieds en fonction de l’action des rênes.

galop

Au départ, ce n’est pas votre cheval que vous allez travailler, mais vous-même: être à la même vitesse que votre cheval, utiliser votre haut du corps pour avoir une main juste. Ces éléments vous permettront d’être efficace et compris aux longues rênes et amélioreront vos sensations et votre position à cheval.

haie

Vous pourrez alors retranscrire cet apprentissage une fois en selle, tout en vous appliquant à utiliser les actions de mains telles que le cheval les ressentait par les longues rênes et à ce que l’action de vos jambes soit en phase avec les demandes de votre main. Si le cheval peut faire une épaule en dedans uniquement par l’action des longues rênes, c’est qu’il sait le faire…

epaule

En résumé, les intérêts côté cavalier :

               Comprendre et/ou améliorer l’action des mains (le cavalier ne pouvant pas compenser par l’action des jambes, ni « bricoler »)

               Mettre l’accent sur la solidité du haut du corps qui permet le contact constant, sans tirer, et que nous retrouvons à cheval

               Observer son cheval

               Travailler son cheval même s’il ne peut pas le monter

Et côté cheval :

               Apprentissage de l’action des deux rênes, lors du débourrage et du travail de base

               Perfectionnement : épaules en dedans, travail sur le cercle, piaffer…

               Diversification des apprentissages

               Possibilité d’être travaillé si il ne peut être monté

Toutes ces notions d’apprentissage depuis le travail à pied d’un jeune cheval jusqu’au travail plus spécifique des différentes disciplines, en passant par les bases du travail monté et le travail aux longues rênes sont au programme des Rencontres de la Cense qui auront lieu du 18 au 20 septembre 2015 au Haras de la Cense. Avec Antoine Bancaud, spécialiste des longues rênes, nous y expliquerons, lors de présentations, l’intérêt du travail aux longues rênes  et ses répercutions sur le travail monté.

dos

Questions-réponses

Mon cheval ne monte pas dans le van, que puis-je faire ? Mélodie P.

juin 15, 2015

Tout d’abord, il faut savoir que plus vous aurez des compétences de travail à pied, moins il sera difficile pour vous de mettre le cheval dans le van. Ne connaissant pas votre niveau technique à pied, nous vous donnerons des points–clés pour un bon chargement dans le van :

  • La rectitude : le cheval doit être droit avant d’arriver sur le pont. Si le cheval est droit (tête vers le van, épaules droites et hanches alignées), il s’intéressera au van. Si vous l’amenez vers le van sans prendre garde à ce qu’il pense à ce moment-là (regarde à l’extérieur, se décale), vous compliquez l’exercice. S’il n’est pas prêt à aller dans le van, il le sera encore moins quand il s’en rapprochera…

belletraversdroite

 

 

 

 

 

  • Récompenser le cheval qui cherche : le cheval immobile dans le van est le résultat que nous cherchons à obtenir. Ce n’est pas l’idée du cheval, il faut donc l’intéresser au van. Ainsi, s’aligner par rapport à l’entrée du van, sentir une partie du van, faire un pas vers le van, sont des bonnes étapes vers la solution. Pour que le cheval le sache, il faut le récompenser en cessant toute demande. Plus le cheval a du mal à trouver la bonne solution, plus le temps de récompense doit être long.

relache

  • Ne pas le coincer : le cheval n’a aucune raison d’aller dans un endroit fermé comme le van. Cela va à l’encontre de son instinct de survie. Ainsi, si lorsqu’il fait un effort, vous le retenez ou le poussez derrière, il se sent coincé et cela confirme son impression d’insécurité. Il risque de ne plus vouloir monter. Dites-vous que plus le cheval ressort du van et plus vous avez d’occasions de lui apprendre à monter et à rester.

monte2

  • Confort/inconfort : Le confort doit être dans le van. Ne mettez pas de pression dedans, par contre, une fois le cheval ressorti (sur votre demande ou de lui-même), redemandez-lui de monter. Le cheval préférera alors être tranquille à l’intérieur du van…Si le cheval ne fait plus d’effort, vous pouvez lui demander un travail hors du van: reculer, cercle… La nourriture peut renforcer cette idée, mais attention, le cheval doit se sentir en sécurité dans le van. Certains chevaux montent, attrapent la nourriture pour ressortir aussitôt, le problème du van n’est alors  pas réglé…

cercle

 

Il n’y a pas de secrets, ni de magie, meilleur sera votre niveau dans le travail à pied et meilleur sera celui du cheval, plus le chargement sera facile. Nous vous conseillons de passer par ces apprentissages avant de vous attaquer au  van. Vous ferez par la même occasion de nombreux exercices tels que contrôler votre cheval sur une barre, une bâche, sous un portique qui rendront beaucoup plus abordable le van.

Ne vérifiez pas que votre cheval ne monte pas le jour où vous devez voyager…mais apprenez lui pour être certain qu’il montera et sera calme ce jour-là. Et, attention, certains chevaux ne remontent pas après avoir voyagé parce qu’ils n’ont pas aimé le conducteur précédent…

 

 

Activités

Education du jeune poulain

mai 30, 2015

 

Deux poulains trotteurs âgés de un an ont passé une dizaine de jours aux écuries. A ce jeune âge, il s’agit de poser les grandes lignes de l’éducation au sol communes à tous les chevaux. Ils sont élevés en pâture et y retournent ensuite, jusqu’à ce qu’ils soient revus dans leur année de deux ans pour le débourrage.  pré

Le fait de les travailler en plusieurs épisodes permet d’être plus progressifs, de les habituer tôt à un changement d’environnement, tout en conservant des similitudes avec ce qu’ils connaissent jusqu’alors. Ils ne sont pas séparés, ils découvrent  le box en restant côte à côte et continuent pendant leur séjour à aller dehors ensemble. Les séances de travail sont  courtes et très diversifiées, l’aire de travail s’apparente plus à une aire de jeux. L’idée est d’utiliser ou de développer leur curiosité naturelle pour leur faire découvrir de nouveaux objets. En parallèle,  ils apprennent progressivement à bouger leurs pieds dans une direction demandée.

  • Les exercices de désensibilisation permettent d’habituer les poulains à différents objets, à la fois au contact sur eux, et à distance, autour d’eux. Ils sont ainsi habitués aux grands gestes, aux bruits, à être touchés partout. Chaque jour, l’habituation est poussée un peu plus loin de façon progressive et adaptée à la sensibilité de chacun. Si elle est amenée subtilement et par petites touches, en général les poulains montrent un intérêt évident à la découverte d’un nouvel élément.

D1D2D3

  • C’est une chose importante que les poulains soient en confiance, mais ils doivent aussi savoir comment se comporter face aux différentes pressions. La découverte du licol est une étape importante et doit être réalisée avec tact. Les mouvements de base sont effectués dans un premier temps à courte distance et concernent la mobilisation de la tête, de l’encolure,  des antérieurs et des postérieurs. Dès que le poulain a l’idée de bouger vers la bonne direction, la pression cesse afin de le laisser effectuer le mouvement. Grâce à des indications précises et claires, la recherche du poulain est guidée vers la bonne solution.

C2C3C4

  • Ces éléments sont ensuite combinés au cours de la marche en main et la distance est agrandie avec la mise en cercle au pas et au trot. Décrire un ou deux cercles permet aux poulains de sentir que, même à distance, ils sont encore reliés au cavalier par la longe et le licol.

C1C5C11

  • Au cours d’une même séance, des exercices qui nécessitent l’immobilité du poulain sont aussi réalisés, comme la désensibilisation à la sangle, la prise des pieds, le pansage, les flexions latérales ou simplement ne rien faire. En diversifiant ainsi l’enchaînement des exercices, le poulain alterne entre du repos, des mouvements précis qui nécessitent de la concentration et de l’action aux différentes allures. L’objectif est de préserver et développer son intérêt, sa motivation et son attention.

C7C8C9

  • Lorsque l’essentiel de ces bases est bien assimilé, la difficulté des exercices est augmentée en faisant intervenir conjointement des notions de désensibilisation et de contrôle des pieds.

DC3DC2DC4

A retenir:

L’équilibre entre constance et variété est essentiel lors du travail d’un poulain: à nous d’être suffisamment rigoureux et imaginatif.

S’il éprouve une difficulté à un moment quelconque, il faut  savoir se contenter d’une ébauche de bonne réponse.

Si l’on considère qu’il a toute sa vie pour apprendre, l’apprentissage sera plus rapide.  Ce qui n’est pas complètement acquis aujourd’hui le sera demain ou après-demain.

Questions-réponses

En promenade, mon cheval ne passe pas les flaques d’eau, les ruisseaux. Que puis-je faire ? Christine H.

avril 17, 2015

 

intro

 

Vous pouvez déjà préparer votre cheval à passer sur diverses surfaces, à pied, dans des conditions que vous mettez en place, puis en étant monté.  Ce sont des séances d’apprentissage où les conditions (temps, objectifs) sont réunies pour la bonne compréhension.

Lors de la promenade,  votre objectif est peut-être de passer dans la flaque d’eau, mais n’oubliez pas le plus important:  votre cheval doit faire une association positive avec cette expérience !

Lorsque votre cheval se retrouve face à un passage d’eau, son objectif est de l’éviter alors que le vôtre est de le traverser. Comment faire pour que votre idée devienne la sienne ? Contrôlez les pieds de votre cheval quand il cherche à s’éloigner  de ce qui représente un problème pour lui et rendez positif, agréable le fait qu’il se rapproche du point d’eau.

Si le cheval a l’idée de faire demi-tour en mobilisant ses épaules, il est difficile d’aller contre son idée. Par contre, vous pouvez lui mobiliser les hanches pour les garder toujours à l’opposé du problème : le cheval est alors face à l’endroit où vous voulez l’emmener. Récompensez-le. Pendant toutes ces demandes, regardez toujours le même point de l’autre côté de l’eau.

post2post3post4

Lorsque l’idée du cheval n’est plus de faire demi-tour, c’est une bonne étape de passée, mais si vous le mettez en avant, il va peut-être se bloquer ou même reculer. Ne lui demandez pas d’aller vers ce qu’il considère comme un mur. Dirigez-le plutôt à droite et à gauche face au point d’eau. Quand il s’y intéresse ou va vers l’avant, cessez toutes demandes, laissez-le faire et caressez-le. Répétez jusqu’à ce qu’il comprenne que le point d’eau est source de confort pour lui. Votre idée commence à devenir la sienne.

ant2ant3trans

Si vous lui avez présenté un passage d’eau facile pour commencer (ce qu’il faut faire !), il passera de l’autre côté. Ensuite, vous pourrez augmenter les difficultés, comme dans tout apprentissage.

Ne soyez pas pressé lors de cette étape, c’est un investissement sur le long terme. Bien entendu, avec un bon contrôle du cheval en général et des difficultés progressives, rien ne sera impossible !

tete

Rencontre avec un professionnel

Sophie Rooses, en quête du bien-être physique et mental de votre cheval

mars 12, 2015

portratt

                Sophie Rooses, propriétaire de chevaux et cavalière de longue date, a naturellement fait de sa passion un métier en obtenant en 2012 un BPJEPS mention équitation, complété des deux brevets fédéraux d’équitation éthologique. Normande d’adoption, Sophie propose ses services de cavalière et d’enseignante chez les particuliers et les professionnels, avant qu’une blessure au genou ne la contraigne à revoir son activité à la baisse. Une longue rééducation en kinésithérapie, à base de massages et de mobilisations, lui permet de se muscler à nouveau. Sophie décide alors de se pencher sur le bien-être physique des chevaux et obtient en 2014 un certificat de masso-physiothérapeute équin.

Outre l’éclaircissement que nous apporte Sophie sur cette technique de soin, c’est également son point de vue sur les notions de bien-être mental et physique du cheval qui nous interpelle lors de cette rencontre.

Hipp’Up: En quoi consiste la masso-physiothérapie équine ?

Sophie Rooses: La masso-physiothérapie équine considère le cheval comme un athlète. A l’image du kinésithérapeute des sportifs humains, ce soin a pour objectifs la préparation à l’effort, l’amélioration des performances, la diminution du risque de blessure, la récupération,… Pour cela, un masso-physiothérapeute réalise des mobilisations, des massages et des stretchings permettant d’évacuer les déchets du muscle, de diminuer les tensions et ainsi de redonner souplesse et confiance au cheval lors de ses mouvements. Je complète souvent mes manipulations par des cataplasmes de boue ou d’algues marines selon les effets recherchés.

main2

main

H’U: Quels types de chevaux soignes-tu ?

S.R.: Je m’occupe de chevaux ou de poneys de loisir ou de compétition, l’idée étant d’apporter du confort et du bien-être au cheval. Qu’il ait une activité sportive ou non, le cheval peut avoir des tensions musculaires, des raideurs qui l’empêchent de bouger correctement. En levant ces douleurs, le cheval s’améliore et récupère mieux après l’effort, quelle que soit sa discipline. Evidemment, le soin sera orienté différemment s’il s’agit d’un cheval âgé à qui je vais chercher à redonner plus de souplesse, ou un cheval qui sort en compétition. La masso-physiothérapie est aussi intéressante chez les chevaux en convalescence suite à une opération ou une tendinite par exemple; elle peut aider le cheval à récupérer plus vite après une longue période d’inactivité.

 anté epaule

H’U: Tes connaissances en équitation éthologique sont-elles un atout  lors d’un soin ?

S.R.: Il est important pour moi de bien différencier l’équitation éthologique que je considère comme un apprentissage que l’on fait au cheval et la masso-physiothérapie qui est un soin. Je ne peux pas éduquer et soigner en même temps. Quand j’éduque un cheval, je dicte les règles: le cheval doit faire attention à moi et répondre à mes demandes. Quand je masse, c’est à mon tour d’être là pour lui. Il me fait comprendre ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas, où il a mal,… et c’est à moi de m’adapter à lui. Mes connaissances en équitation éthologique me donnent la capacité de savoir lire son langage corporel pour pouvoir m’adapter et anticiper ses réactions. Certaines positions et certains soins nécessitent parfois de désensibiliser le cheval au préalable. C’est le cas de la fango et de l’algothérapie où le cheval est recouvert de boue ou d’algue puis enveloppé dans une grande feuille d’amidon. Je prépare alors le cheval à accepter le soin dans la décontraction.

ant

post

H’U: Penses-tu que tes deux activités soient complémentaires ?

S.R.: L’équitation éthologique et la masso-physiothérapie ont un point commun: le bien-être animal. L’un met l’accent sur le mental, l’autre sur le physique. Il faut être capable d’allier les deux. Si un cheval travaille dans la contrainte et dans la fuite, il y aura forcément des répercutions sur son physique (contractures, crampes, tendinites,…). A l’inverse, un cheval qui a des douleurs ne pourra pas se concentrer pleinement sur les demandes de son cavalier. Il paraîtra mal éduqué alors qu’il ne peut pas faire ce que son cavalier attend de lui.

Il faut s’adapter à chaque cheval et se poser les bonnes questions: suis-je assez claire dans mes demandes ou le cheval souffre-t-il ? Dans le doute il vaut mieux demander l’avis d’un spécialiste pour être sûr de mettre le cheval dans le confort. Il faut ensuite travailler le cheval de façon juste et compréhensible pour lui. En effet, s’il est toujours en défense contre les actions de son cavalier, il se fera à nouveau mal, quels que soient les soins apportés.

Sophie Rooses se déplace en Normandie et en région parisienne, vous pouvez la contacter par mail: sophie.rooses@laposte.net 

Questions-réponses

« Mon cheval fait des écarts devant les objets nouveaux, que faire pour l’améliorer ? » Nicolas C.

février 1, 2015

tete

Chaque poulain, sans l’intervention de l’homme, adopte un comportement qui lui est propre face à la rencontre d’un nouvel objet. Certains, compte tenu de leur race, de leur génétique ou du comportement de leur mère, sont d’un naturel curieux et se dirigent assez rapidement vers les objets pour les sentir, les toucher voire les prendre dans la bouche. D’autres, par contre, font tout pour s’en éloigner. Dans le contexte de domestication dans lequel ces derniers évolueront, il est préférable, pour eux comme pour nous, qu’ils passent de l’état peureux à l’état curieux.

Il est à signaler que beaucoup de manipulations hâtives avec les poulains peuvent les rendre plus peureux : les coincer pour les attraper (augmente la peur de l’homme), les forcer à rentrer dans un box, dans la douche, dans un van (augmente la peur du confinement), etc… La curiosité a besoin de temps.

Même si les poulains sont bien manipulés, comme cela a été dit précédemment, leur degré de curiosité ne sera pas nécessairement le même. Il n’y a pas d’âge pour améliorer la curiosité d’un cheval. Les exercices décrits ci-dessous, où l’on demande au cheval de s’intéresser aux objets, sont primordiaux avant de demander à un cheval de passer sur quelque chose : bâche, barre au sol, sauter un sous-bassement ou monter dans un van. En effet, comment peut-on espérer monter un cheval dans un van, s’il ne s’y intéresse pas, voire s’il en a déjà peur à plusieurs mètres !

Pour réaliser cet exercice, l’idéal est de pouvoir mener son cheval à distance, le but étant de l’envoyer vers l’objet pour qu’il s’y arrête puis le sente et le touche. Peu importe les objets (plots, cubes, tapis au sol, selle, tronc…) mais présentez ceux qui paraissent les plus simples pour votre cheval puis augmentez la difficulté.

Si le cheval ne veut pas s’en approcher, laissez-lui le temps de l’observer et lorsque son attitude montre qu’il est moins inquiet, proposez-lui de s’en rapprocher.

S’il ne s’y intéresse pas et passe à côté ou s’il l’évite par peur, redirigez le face à l’objet, (votre longueur de corde doit être adaptée pour que l’information soit la plus précise possible). Quand il s’en rapproche, relâchez-vous pour qu’il ralentisse et cherche à s’arrêter proche.  Petit à petit, il va chercher une solution vers l’objet.

plot10plot31plot41

Lorsqu’il est immobile proche de l’objet, ne lui demandez plus rien : plus il s’approche de l’objet, plus ce doit être une zone de confort. Bientôt, le moment de confort correspondra au moment où il touche l’objet. N’intervenez pas au moment où le cheval explore l’objet, même s’il utilise les dents ou les sabots, dans la mesure où sa sécurité et la vôtre ne sont pas en danger.

tapis1 tapis2 tapis3

Tirer un objet est un exercice  qui en général permet d’accroître de façon évidente l’intérêt du cheval, même s’il est d’un tempérament indifférent ou craintif.  Il est en effet plus attiré  car l’objet est en mouvement et plus confiant car l’objet s’éloigne de lui. Permettez au cheval de terminer l’exercice en touchant l’objet au moment où il montre le plus d’intérêt.

sac sac2 sac3

En réalisant cet exercice vous ne mettrez pas de pression pour que le cheval passe l’embûche (puisque ce n’est pas votre objectif), votre cheval trouvera un confort proche de l’objet, il sera alors prêt à franchir l’embûche : barre au sol, bâche, flaque d’eau, van.

barre1 barre2 barre3

Vous verrez que le jour où vous voudrez franchir une nouvelle embûche avec votre cheval, à pied ou monté, cet exercice deviendra naturellement votre première étape. Le temps que vous laisserez à votre cheval pour s’intéresser sera du temps de gagné pour le franchissement et un confort pour vous et votre cheval. Plus votre cheval aura des expériences positives avec des nouvelles situations, moins il les craindra. Par la réalisation de ce type d’exercices, vous ne modifierez pas la nature peureuse de votre cheval, mais vous lui apprendrez à mieux réagir et à mieux se comporter face à la nouveauté.

Conseils équestres

Quel est l’intérêt de travailler son cheval à pied ?

janvier 17, 2015

Il existe de nombreux intérêts au travail à pied : manipulation du poulain, débourrage, travail en liberté, travail d’un cheval qui ne peut être monté pendant une période. Nous soulignons ici l’importance du travail à pied dans l’apprentissage des aides utilisées à cheval.

En effet, à cheval, nous utilisons l’assiette, les mains par le biais des rênes et les jambes pour diriger notre monture. La bonne utilisation de ces aides est un apprentissage pour le cavalier qui peaufinera leur précision au fur et à mesure. C’est aussi un apprentissage pour le cheval. Par exemple, un poulain au travail sera naturellement aspiré vers la porte de la carrière même si une rêne d’ouverture lui indique d’aller à l’opposé, et vos jambes ne représenteront pas une barrière pour lui. Nous devons leur apprendre ce que signifient nos mains et nos jambes, les sensibiliser à nos demandes.

Le travail à pied est crucial dans cet apprentissage. En effet, notre position à pied, la dynamique de notre mouvement vont aider le cheval à comprendre ce que signifient les pressions de contact liées à nos mains ou nos jambes. Nous serons plus visibles qu’à cheval et nos pieds pourront s’ancrer dans le sol.

Lors du travail à la longe sur un cercle, le cheval apprend d’ores et déjà à suivre ou non une sensation de direction. Il cède à une rêne directrice s’il est léger et qu’il réalise un cercle régulier. Il s’y oppose s’il tracte vers l’extérieur et que vos pieds ne sont pas fixes. Lorsqu’il suit la sensation sur la longe, il s’organise physiquement pour exécuter son cercle et il y a des chances pour que nous retrouvions cette sensation en selle…

Chaque action que nous allons faire avec la longe correspond ainsi au contrôle des pieds du cheval et c’est ce même rôle qu’aura la rêne à cheval. Si les demandes sont bien réalisées au sol, que le cheval les a comprises et cède avec légèreté, il sera plus facile pour lui de répondre de la même manière aux demandes exécutées en selle:

 

reculer soft feelreculer

 

 

 

 

Reculer: la pression du licol se fait vers l’arrière dans l’axe du cheval. Le cheval cède au niveau du chanfrein et recule.

 

 

post1post3post2

Contrôle des postérieurs: la main (rêne) demande une flexion d’encolure puis le passage du postérieur gauche sous la masse. Le cheval apprend à pivoter autour de la main.

 

ant1ant3ant2

Contrôle des antérieurs: la longe est une « rêne d’ouverture » vers la droite. Le cheval suit l’indication et passe son antérieur gauche devant le droit.

 

Il est important de noter que lors des manipulations quotidiennes, le cheval apprend. Au mener, s’il cède difficilement au licol, c’est qu’il ne suit pas la sensation et il y a de fortes chances pour que son comportement soit le même monté. L’apprentissage du cheval commence dès le moment où nous l’approchons pour lui mettre le licol !

C’est aussi un apprentissage pour le cheval de céder à une pression au niveau de la jambe du cavalier. Il doit s’organiser physiquement pour exécuter un mouvement précis. Certains chevaux fuient la jambe, ce qui n’est pas une réponse, et nombreux sont ceux qui y sont insensibles, dits froids à la jambe. Dans le travail à pied, nous utiliserons notre main pour remplacer la jambe et c’est surtout notre position et la dynamique de notre mouvement qui va clarifier la réponse à donner pour le cheval. Cette réponse acquise à pied simplifiera la compréhension du cheval lorsque la demande sera faite en selle:

postcontact1postcontact2

Contrôle des postérieurs: le contact de la main est franc et le corps est solide des pieds à la main pour ne pas forcer mais résister. La longe (rêne) peut aider le cheval à enclencher le mouvement (main droite sur la photo).

antcontact1antcontact2antcontact3

Contrôle des antérieurs: une main au niveau de la tête et une main au niveau du passage de sangle apprennent au cheval à mobiliser son avant main grâce à une pression de contact.

lat2lat1

Déplacement latéral: peu importe la difficulté de l’exercice, lorsque le cheval a compris qu’il y a une réponse à une pression de contact, il s’organise mentalement et physiquement pour y répondre.

Le cheval est notre élève et notre manière d’enseigner doit être la plus compréhensible possible. Le travail à pied fait partie des moyens à notre disposition pour mieux être compris.